Les monstres japonais : les démons et les fantômes.

janvier 28, 2020

Les monstres japonais : les démons et les fantômes.

Comme toute culture a ses fantômes et ses goules, il en va de même pour les Japonais sous la forme de yōkai (妖怪). Composés de deux kanji qui représentent "envoûtement ; calamité" et "apparition ; mystère ; suspicion", ils portent aussi des noms différents comme ayakashi ou mononoke (ça vous dit quelque chose ? Un célèbre film de Ghibli, peut-être ?). Yōkai sont les monstres japonais qui constituent toutes les manifestations au-delà du monde humain, et bien que certains soient mauvais, d'autres choisissent de ne pas s'associer au monde humain.

Ils ont souvent des capacités surnaturelles comme le changement de forme, et peuvent posséder des caractéristiques animales comme le Kappa, qui ressemble à une tortue. Ces traits remontent aux racines du Japon dans l'animisme, ainsi qu'à son histoire de philosophies bouddhistes et shintoïstes tissées dans sa ligne du temps. Selon ces croyances, les esprits appelés mononoke (物の怪) - encore divisés en nigi-mitama (bonne fortune) et ara-mitama (mauvaise fortune) - résident en toutes choses.

Les ara-mitama étaient convertis en nigi-mitama selon des rituels, mais si ces rituels échouaient en raison d'une vénération insuffisante, ils devenaient alors yōkai. Ces yōkai sont populaires depuis le Moyen Âge, et il en existe certains types connus par presque tous.

 

 

Kappa (河童)
Le Kappa, qui se traduit par "enfant de la rivière", est un yōkai qui remonte aux temps anciens. Il était destiné à effrayer les enfants pour qu'ils se tiennent à l'écart des zones d'eau profonde. Après tout, la noyade serait le moindre de vos soucis si on la compare à la rencontre d'un monstre !

Avec une forme humaine, des mains et des pieds palmés et une carapace semblable à celle d'une tortue, le Kappa a aussi un plat sur la tête qui contient de l'eau. Ce plat est sa force vitale, et si son eau se déverse, le Kappa est affaibli. Ces monstres japonais sont considérés comme des escrocs malicieux, bien que cela puisse aller jusqu'à des actes carrément diaboliques tels que l'enlèvement ou le viol de femmes.

Ils aiment les concombres. Dans le vieux Tokyo, il y avait une tradition selon laquelle les gens écrivaient le nom des membres de leur famille sur les concombres et les envoyaient en aval pour apaiser les Kappa. Vous cherchez une protection avant de vous baigner dans l'océan ? Apportez un concombre !

Tengu (天狗)
Signifiant chien céleste, Tengu peut être considéré comme un dieu dans la religion shintoïste, ainsi qu'un démon et un présage de guerre dans le bouddhisme. Certains sont mauvais, d'autres bons ; ils se présentent sous différentes formes, principalement un grand oiseau anthropomorphe au visage rouge et au long nez ou bec. On les montre souvent tenant un éventail fait de plumes (羽団扇) avec le pouvoir d'invoquer des vents puissants.

Les Tengu sont connus pour être des opposants au bouddhisme, qui emportent les moines et les jettent dans des endroits éloignés. Ils possèdent des femmes afin de séduire des hommes saints, de voler des temples et de se déguiser en faux prêtres. Avec le temps, l'image des Tengu s'est adoucie au point que dans certains milieux, ils sont considérés comme des divinités. Certains les considèrent comme d'ardents défenseurs des forêts, alors si vous faites une randonnée dans les nombreuses et magnifiques forêts du Japon, gardez un œil sur ce long nez !

Kitsune (狐)
Kitsune est le mot japonais pour renard, et comme dans le folklore occidental, ils sont connus comme des animaux intelligents. Dans la mythologie japonaise, cependant, ils possèdent la capacité de changer de forme et de causer un peu de malice. Ils sont connus pour prendre le contrôle des femmes en entrant par leurs ongles ou leurs seins, une astuce connue sous le nom de kitsune-tsuki (狐付き).

Les kitsune vivent longtemps, sont intelligents et possèdent une magie puissante. Il y a de bons et de mauvais renards, certains possédant jusqu'à neuf queues, un plus grand nombre étant en corrélation avec plus de puissance. On pense qu'après avoir atteint l'âge de 1 000 ans et gagné leur neuvième queue, les kitsune se transforment en renards dorés et célestes (天狐, tenko). Vous souhaitez voir ces gardiens dans toute leur grandeur stoïque ? Arrêtez-vous au sanctuaire de Fushimi Inari à Kyoto, où ces esprits veillent silencieusement sur ses visiteurs.

 

Tanuki (狸)
Les Tanuki font partie de la catégorie des monstres japonais, mais ils constituent une catégorie à part entière ! Ces chiens raton laveur (et je dis chien raton laveur parce qu'ils ne sont pas tout à fait raton laveur, et pas tout à fait chien. Ils sont une espèce unique au Japon) sont des métamorphes malicieux qui peuvent prendre forme humaine. Ils sont faciles à repérer, car il suffit de se promener dans l'une des nombreuses petites ruelles du Japon pour apercevoir une statue de Tanuki assise devant un izakaya ou un magasin, en signe de chance et de richesse.

Kodama (木霊)
Les Kodama sont des esprits qui habitent les arbres, semblables aux Dryades dans la mythologie grecque. Ils peuvent être considérés comme des dieux de la montagne et, dans certaines régions du Japon, des prières sont faites à chaque kodama avant qu'un arbre ne soit abattu. Leur apparence varie de celle de lumières fantomatiques à celle de figures plus humaines, comme les bobble-heads blancs qui ressemblent aux personnages du Princess Mononoke du Studio Ghibli.

Tsukumogami (付喪神)
Dans le folklore japonais, les outils qui ont atteint l'âge de cent ans acquièrent un esprit et une identité. Leur nom signifiant objet divin, ces objets inanimés sont dotés d'une âme qui peut s'irriter lorsqu'ils sont traités avec gaspillage ou sans réfléchir.

Ce n'est pas une mauvaise idée à enseigner, n'est-ce pas ? Les objets ne devraient pas être gaspillés ou jetés si rapidement. Les honorer et les utiliser contribuerait à rendre le monde beaucoup plus propre.

 

 

Yūrei
Et puis il y a les fantômes des morts, incapables d'atteindre la paix de l'au-delà, coincés et souffrant dans les limbes. Les deux kanji 幽霊 (yūrei) signifient respectivement "faible" ou "dim", et "âme" ou "esprit". Un yūrei typique aura des cheveux noirs longs et ébouriffés (et effrayants), des vêtements blancs, des mains qui pendent sans vie, parfois sans jambes, et accompagnées de flammes flottantes.

Selon les croyances traditionnelles, lorsqu'une personne meurt, son reikon (esprit) va au purgatoire, où il attend des funérailles et des rites appropriés avant de pouvoir se rendre à sa dernière demeure avec ses ancêtres. Yūrei sont des reikon qui ont été interrompus dans ce processus. Meurtre, suicide, vengeance, haine ou chagrin, sont quelques-uns des nombreux sentiments forts qui peuvent laisser un yūrei enchaîné entre notre monde et le prochain. Pour avancer correctement, des rites funéraires doivent être accomplis ou le conflit qui le maintient doit être résolu.

Le folklore et les histoires de fantômes du Japon sont aussi profonds que sa longue histoire. Un simple essai ne permet pas de faire le tour de la question, mais un voyage dans ce pays est un bon moyen de voir à quel point ces croyances sont complexes. Promenez-vous dans les musées, lisez ses livres, ou parcourez simplement les routes et lisez les repères historiques gravés dans le pays. Cela en vaut la peine.

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.